Futari No…

Futari No…


distribution: KAWATAKE Maya, VO Trung Ngon Lowriz


Chorégraphie, musique: VO Trung Ngon Lowriz
Lumière KONG A SIOU Laurent
Soutiens: Ville de Clermont-Ferrand, Espace du Moulin de l’étang de Billom

Note d’intention :

Futari No...

Création en cours pour 2 interprètes (Durée 45min)




« Un pas de deux Urbain »

Un duo dansé, sur une ambiance musicale électro, présente la rencontre entre un danseur Hip hop et une danseuse Classique.
C’est avant tout une passion, une idylle que l’on cultive pour soi, mais qui trouve ses limites face à l’autre.
Tous deux évoluent sur le même espace scénique, réduisant la superficie par l’énergie que leurs corps diffuse, l’interaction de leur gestuelle, formalisée par une confrontation progressant, inévitablement, vers un choc des cultures. C'est le moment précis où l'univers d’un danseur est bouleversé par un autre monde, moment qui paradoxalement ne peut arriver sans un cheminement, où la technique se parfait et l’esprit s’accorde avec le corps.
Pour cela, j'utiliserai le procédé créatif qui anime tout danseur en repoussant ses limites, ses repères, afin de se réinventer ensemble.

En Japonais, « Futari no » signifie littéralement « à deux ». Ce titre fait directement référence au « pas de deux », séquence du ballet Classique et qui, en danse Hip hop, désigne la « routine » ou « combine », pratiquée principalement par des hommes, lors de compétitions.
Codifiées, ces danses ne sont accessibles qu’à moins d’en connaître les fondamentaux. Chacune d’elles témoigne une partie de l’histoire et de la culture où se sont cristallisées les valeurs sociales d’une époque, justifiant ainsi son esthétique, ses codes et son genre. Ramener sur un même espace-temps, la danse Classique, une danse de cour réservée à l'élite, et la danse Hip hop, issue d'un mouvement populaire, revient par opposition à une danse folklorique ou encore traditionnelle réservée au peuple.

Au delà des questions de formes, le thème du couple et de ses oppositions est traité dans ce «pas de deux urbain» telle une romance, une perspective de la relation homme/femme qui est trop peu représentée dans la culture Hip hop.

Quelques différences remarquables : pendant que l’un s’étire verticalement, l’autre se recroqueville horizontalement, lorsque l’un se déplace en traçant des lignes, l’autre dessine des cercles.
L’écriture diffère également au niveau du rythme et de la formalisation des pas. Alors que la danse Classique les suspend en allongeant les lignes du corps, la danse Hip hop les appuie au sol, épousant la gravité pour mieux la repousser.
Leurs formes géométriques, leurs recherches esthétiques exposent la difficulté de les réunir dans l’espace et d’en faire un ensemble homogène. Il ne s’agit pas uniquement de faire évoluer deux interprètes de genres opposés, ensemble, mais de leurs capacités respectives à se détacher de certains principes qui constituent leurs identités et qui limitent leurs accès à l’autre.

Pour ma première création impliquant danse Hip hop et Classique, j'ai utilisé mes propres références dans mes recherches chorégraphiques. La fluidité du mouvement permet de respecter les codes de chacun, pour confronter les limites de cohabitation dans un même espace-temps. La variation chorégraphique impliquant un «pas de deux», mêlant ces deux esthétiques, donne lieu à un temps d'évolution commun.
Représentant le point d’orgue d’une carrière de danseur, comme une évidence, c’est au centre de la scène que se confondent les deux genres.
La mémoire des corps formatée par des années de pratique, ne permet pas toujours de pouvoir lâcher prise. Aussi, afin de réunir ces deux mondes de manière impartiale, l’énergie de l’émotion sera utilisée comme base de travail. Une improvisation au service de la composition, guidée par ce qui rapproche intimement deux pratiques de la danse pourtant si distinctes, la recherche de virtuosité et d’élévation personnelle.
Si, aisément différentiables par leurs formes, un monde semble séparer la danse Classique de la danse Hip hop. La recherche commune de l’excellence, l’exigence technique, les fondamentaux lient pourtant ces deux pratiques « académiques » comme deux extrémités d’un seul et même univers.



VO Trung Ngon Lowriz

Powered by themekiller.com watchanimeonline.co